dimanche 9 septembre 2018

Démocrates de Suède, toujours "le même parti"


LES ÉLECTEURS suédois vont aux urnes aujourd'hui, dimanche 9 septembre 2018, pour renouveler le Parlement, les conseils généraux et les conseils municipaux. Comme ailleurs en Europe, l'extrême droite progresse. Le principal parti suédois représentant ce courant politique, les Démocrates de Suède (SD), devrait, à en croire toutes les études d'opinion, obtenir des résultats d'une ampleur inédite dans ce pays. En tout cas, supérieurs à ceux des élections de 2014 (12,9% au niveau national), précédent record pour ce parti issu de la mouvance ultranationaliste. 
A sa création en 1988, il s'agissait d'un groupuscule mêlant néonazis, partisans la "race blanche", anticommunistes acharnés, sympathisants du régime d'apartheid en Afrique du Sud, etc. Comment ce parti a-t-il changé avec le temps, sous la houlette de Jimmie Åkesson? Qu'est-ce qui le diffère des partis de droite dite populiste qui sont devenus des forces incontournables au Danemark et en Norvège? Comment une telle formation en est-elle arrivée à pouvoir dépasser les conservateurs du plus que centenaire parti des Modérés, etc.? Anna-Lena Lodenius, une journaliste-auteure qui planche sur l'extrême droite suédoise depuis plus de 30 ans*, répond à mes questions. 

Les Démocrates de Suède ont-ils évolué d’un point de vue idéologique ou bien sont-ils, grosso modo, restés les mêmes ?

Ils n’ont pas changé. C’est quasiment le même parti qu’à ses débuts. Ce qui a changé tout de même, c’est l’ampleur des sujets qu’il aborde. Au début, l’immigration et la race suédoise étaient les seuls thèmes qui unifiaient ses membres et que ceux-ci mettaient en avant. Depuis qu’ils ont commencé à avoir des députés au Riksdag (le Parlement suédois), en 2010, ils ont dû s’intéresser à beaucoup d’autres sujets, formuler des idées et des propositions les concernant, notamment sur l’État-providence et d'autres pans de la société qui, selon eux, sont menacés par l'arrivée d'étrangers dans le pays. 

Autre chose a changé, qui ne tient pas au parti, c’est la manière dont on voit les choses dans le pays, et notamment la manière dont sont perçus les Démocrates de Suède. Une partie de l’opinion publique pense que les origines néonazies du parti, c’est de la vieille histoire et que ça n’a pas plus guère d’importance aujourd’hui. Le discours narratif des Démocrates de Suède à propos du « peuple contre les élites » est de plus en plus écouté, tout comme celui sur le côté « politiquement correct » des médias traditionnels et des autres partis sur des questions comme le multiculturalisme, le racisme, etc. Idem pour l’idée selon laquelle « la Suède vit une crise exceptionnelle qui ne cesse d’empirer ». De plus en plus de Suédois pensent qu’il vaut mieux voter pour les Démocrates de Suède, même s’ils ne sont pas d’accord avec tous les points du programme de ce parti. Sa théorie du « nous contre tous les autres » fonctionne.

Le qualificatif populiste de droite est-il approprié pour décrire ce parti ?

Le populisme de droite, c’est autre chose. On en trouve plusieurs manifestations dans les autres pays nordiques, il s’agit des mouvements de mécontentement nés au Danemark, en Norvège et en Finlande, dans les années 1970. Des mouvements qui remettaient en cause une fiscalité lourde, une omnipotence de l’État, etc. Même si le Parti du peuple danois, les Vrais Finlandais et, en Norvège, le Parti du progrès ont évolué par la suite vers des positions et des discours anti-immigration et anti-UE, ils n’ont pas le même fondement idéologique que les Démocrates de Suède. **

Ce parti-là ressemble davantage à l’ex-Front national français, avec un racisme sous-jacent. Il parle beaucoup plus de « peuple suédois », de « la culture suédoise », des « valeurs suédoises », de svenskhet (la « suéditude », ou le fait d’être intrinsèquement suédois). La direction du parti fait tout pour qu’il ne soit pas associé au nazisme ou au racisme, en excluant des membres ou des élus locaux ayant tenu des propos douteux ou carrément racistes, mais derrière cette vitrine, cela n’a pas disparu, loin de là.


Justement, comment expliquer que les révélations de médias sur les dérapages de responsables des Démocrates de Suède n’ont pas eu d’impact négatif sur l'image ou la progression du parti***?

Il peut y avoir un impact négatif dans l’opinion publique, mais il n’est que limité et de courte durée. Puis le parti repart à la hausse. Peu importe, semble-t-il. Une partie grandissante de la population pense que les Démocrates de Suède sont les plus crédibles sur les question liées à l’immigration. Qu’ils sont les dépositaires d'une recette originelle et que les autres ne sont que des copies. Et si la plupart des autres partis vont dans le même sens que lui, il ne reste plus aux Démocrates de Suède qu'à aller de l’avant et à développer leurs idées.


Les SD ne sont pas le seul parti d’extrême droite dans le pays. D'anciens membres ont formé, avec d’autres nationalistes, l’Alternative pour la Suède, sur le modèle de l’AfD allemande. Plus radical encore, le Mouvement de résistance nordique (NMR) appelle à la création d’une république nationale-socialiste dans cette région et s’est distinguée par de récents défilés de militants en uniforme dans quelques communes du pays. Comment ces mouvements interagissent-ils ? Est-ce que les Démocrates de Suède peuvent perdre des voix à cause de ces nouveaux venus ?

Je ne crois pas. Les Démocrates de Suède voient plutôt ça d’un bon œil, ils n’en apparaissent que plus respectables. Le NMR est très petit comme mouvement, mais il alimente et a le soutien d’un grand nombre de blogs, de podcasts et autres réseaux liés à Internet, toute une mouvance de l’alt-droite (la droite alternative) qui exprime des idées extrêmement racistes, antisémites, etc. Avec, ici et là, le soutien de militants ou de responsables locaux des Démocrates de Suède.

Toujours au niveau local, l’intérêt pour les idées xénophobes grandit chez des responsables d’autres partis de la droite traditionnelle, surtout chez les conservateurs et les chrétiens-démocrates. C’est bon pour les Démocrates de Suède et pour l’alt-droite, qui cherchent à élargir le spectre ce qu’il est possible de dire ou non dans la sphère publique. Pour les SD, cette tendance peut lui offrir des perspectives de développement.

Enfin, comment les SD sont-ils structurés, comment ça se passe à la tête du parti, son chef Jimmie Åkesson est-il le seul à décider ?

On a là un petit groupe de jeunes hommes qui étudiaient à Lund au même moment [à la fin des années 1990-début des années 2000]. Ils se sont liés d’amitié dans cette ville universitaire du sud, après des parcours assez similaires. Un petit groupe qui se voulait assez intellectuel, avec Jimmie Åkesson, Mattias Karlsson, Richard Jomshof et Björn Söder****. Ce groupe s’est mis en tête de prendre la tête du parti, comme on peut le faire quand on est jeune et qu’on vit pour un idéal. Lorsqu’en 2005, Jimmie Åkesson a défié Mikael Jansson, qui dirigeait les SD depuis dix ans, les trois autres l’ont soutenu dans sa prise du parti. Ces hommes-là constituent aujourd’hui le noyau dur de la direction des Démocrates de Suède. Jomshof en est le secrétaire général, Söder est le vice-président du Parlement sortant. Quant à Karlsson, c’est l’idéologue du parti, celui qui pèse le plus. Jimmie Åkesson l’écoute beaucoup, il dit beaucoup de choses que Karlsson a écrites. Ils sont très loyaux l’un envers l’autre.

x x x 

* Anna-Lena Lodenius est notamment la coauteure, avec Stieg Larsson (plus connu pour sa trilogie policière Millenium), de l'ouvrage Extrem högern (Extrême droite), publié en 1991 avec une édition mise à jour en 1994 (éd. Tiden, Stockholm).

** Pour plus de détails, L'Europe du Nord gagnée par le populisme de droite, article que j'avais écrit en 2010 dans la revue trimestrielle Politique internationale.

*** Les dernières révélations en date remontent à fin août-début septembre et sont le résultat du travail en commun réalisé par le quotidien Expressen et le journal antiraciste Expo. Un exemple (en suédois).

**** Lire à ce propos (en suédois) un article récent sur cet épisode, paru dans le journal des étudiants de Lund 


NB: Un autre bon connaisseur de l'extrême droite suédoise et de ses origines, Anders Sannerstedt, professeur de sciences politiques sur le point de prendre sa retraite à l'Université de Lund, fait la description suivante des Démocrates de Suède: « A l’origine, c’était un rassemblement de jeunes gens issus de groupuscules nationalistes, ce qu’ils sont restés depuis. En tant que tels, ils sont opposés à l’immigration et à l’Union européenne. Ils veulent réduire les possibilités pour les femmes d’avorter. Ils aiment aussi se décrire comme sociaux-conservateurs, ce qui les place à droite pour certains sujets – ils n’aiment pas les impôts – et à gauche pour d’autres – ils aiment l’Etat-providence (...) Ce qui est nouveau avec les SD, c’est qu’ils n’ont plus la rhétorique raciste des débuts, lorsque leurs membres proclamaient la suprématie de la race blanche et affirmaient vouloir la préserver. Peu à peu, ces allusions ont disparu. Et lorsque des membres du parti y reviennent en public, ce qui arrive de temps à temps, pas plus tard que fin août en Scanie, ils sont exclus. Désormais, les SD disent ne pas croire que des cultures différentes puissent coexister côte à côte, avec toutefois une exception pour les chrétiens d’Orient. Quant aux critiques à l’encontre de l’islam, elles sont nettement moins audibles qu’avant, pour des raisons purement tactiques. De toutes façons, les électeurs savent à quoi s’en tenir. » Propos tirés de l'article En Scanie, l'extrême droite suédoise nourrit de grands espoirs" , paru le 7 septembre dans Mediapart

vendredi 11 mai 2018

Ingmar, rêve, cauchemar

2018 est, entre autres, l'année du centenaire de la naissance d'Ingmar Bergman. L'occasion de reproduire ici, très légèrement remanié, un long article que j'avais écrit pour la revue lettonne Rigas Laiks après un reportage sur les traces du Suédois à Fårö, l'île où il passa la fin de sa vie. L'article, qui relate aussi les difficultés rencontrées par les personnes s'étant mis en tête de perpétuer le souvenir de Bergman sur l'île, remonte à 2011. J'ai donc ajouté, en bas de ce texte, quelques précisions le mettant à jour. Autant le dire tout de suite, les nouvelles en provenance de Fårö sont plutôt bonnes. Toutes les photos:
© Antoine Jacob


LE CRAQUEMENT étouffé des aiguilles de pin sous la semelle se mêle au clapot des vaguelettes. La mer est maintenant à un jet de pierre. Entre sous-bois et eaux sombres de la Baltique, une plage étroite de galets. Décor austère à souhait en cette journée de grisaille. Dans le champ visuel, soudain, une silhouette se faufile entre des troncs. L’individu, petit sac au dos, s’éloigne sans demander son reste. C’est apparemment le même homme entraperçu un peu plus tôt dans la matinée, pédalant sur le sentier en terre. Avec son parka aux couleurs fluo, il n’a pas l’air d’un habitant de l’île. Sans doute un touriste égaré. A moins qu’il ne s’agisse d’un de ces admirateurs inconditionnels d’Ingmar Bergman. La propriété où habitait le maître avant sa mort en 2007 commence de l’autre côté du muret en pierres qui coupe la plage à angle droit. Mais comment cet inconnu aurait-il pu le savoir ? Rien n’annonce au promeneur qu’on approche du Saint des Saints, le fief du cinéaste qui, de son vivant, redoutait les curieux comme la peste. Un fil de fer barbelé court au-dessus du muret, protection dérisoire.

 
Le vent s’est calmé, le plafond de nuages s’étire vers l’Est, vers la Courlande si proche. Avec un peu de chance, il ne pleuvra plus de l’après-midi sur l’île de Fårö, au nord de Gotland. Le moment est venu d’aller rendre visite aux occupants de Hammars, la résidence de Bergman, qu’il avait fait construire au bord de l’eau, en 1967. Car la maison, si elle reste fermée au public, est désormais accessible à des artistes, suédois ou étrangers. Nul besoin de travailler dans le cinéma ou le théâtre, ni même d’être un inconditionnel de l’œuvre de Bergman, pour postuler à une place.


Anniken Amundsen, la Norvégienne qui ouvre la porte ce jour-là, crée des œuvres d’art, précises et menues, à l’aide de filets de pêche. Elle, son compagnon Dag et leurs deux jeunes enfants, plus blonds encore que Bibi Andersson, sont les premiers à résider à Hammars sur une longue période (trois mois). La journée, ils passent autant de temps qu’ils veulent dans ce qui fut le refuge permanent de Bergman à partir de 2003, là où il avait choisi d’attendre la mort, avec souvenirs, films et musique. Le soir, les pensionnaires du moment émigrent vers une maison en chaux blanche traditionnelle, tapie non loin de là parmi les pins, pour y passer la nuit. 

Hors de question de désacraliser la chambre à coucher de l’ancien propriétaire des lieux, plongée dans la pénombre. Le grand lit est recouvert d’une étoffe blanche ajourée aux allures de linceul. Sur la table de nuit en bois, blanche elle aussi, on distingue des mots, une forêt de mots en suédois griffonnés par Bergman. On l’imagine assis sur le bord du lit, crayon en main, donnant libre cours à son imagination, à la lumière de la lampe de chevet. Tout n’est pas lisible – à la fin de sa vie, il avait perdu de sa lucidité. Ici, on décrypte un prénom, Ingrid, celui de sa dernière épouse, avec laquelle il vécut un quart de siècle, jusqu’à sa mort en 1995. Là, on lit DRÖM, rêve, MARDRÖM, cauchemar. Parmi quelques croquis, une sorte d’écureuil sorti tout droit d’un dessin animé de Walt Disney. 


« Les premiers jours après notre arrivée à Hammars, nous étions très intimidés par l’atmosphère de la maison et l’aura de son ancien occupant, susurre Anniken. Puis nous nous sommes habitués. Mais nous éprouvons toujours un grand respect pour l’endroit ». Comment faire autrement lorsque, dans la petite salle de musique, on a la chance de pouvoir passer des heures à écouter La Flûte enchantée et d’autres 33 tours dans le fauteuil en cuir du maître, sous la lampe ayant servi au tournage de Scènes de la vie conjugale (Scener ur ett äktenskap)? Appuyé contre un mur en frisette, une récompense décernée en 2006 -- for outstanding contribution to the world of theatre -- par la Fondation internationale Stanislavsky de Moscou. 


Au bout de la grande pièce qui sert de bibliothèque, c’est un autre moustachu qui fixe le visiteur. Figure tutélaire, August Strindberg veille sur des milliers de volumes accaparant tous les murs. De cette pièce jusqu’à la « salle de méditation », à l’autre extrémité de la maison sans étage, les pièces s’alignent en enfilade sur 56 mètres, de part et d’autre d’une vaste salle de séjour au mobilier scandinave confortable mais sans prétention, flanquée d’une gigantesque cheminée. Pour Anniken et sa famille, le logis est un peu grand. Impossible de s’entendre d’un bout à l’autre. « Mais on ne va pas crier, pas ici… », sourit l’artiste. 

Ou si cela arrive, c’est bien involontaire. « Tout à l’heure, souffle Anniken, j’ai vraiment eu peur en levant la tête de ma table de travail : juste en face de moi, il y avait un homme, qui me scrutait de l’autre côté de la vitre ! » De quoi pousser un cri d’orfraie, d’autant que la nature avoisinante possède un je-ne-sais-quoi d’inquiétant. Sans doute sont-ce les réminiscences de films de Bergman qui jouent un sale tour. Les animaux tués par un sadique dans Une passion (En passion) tourné à Fårö, ou encore la vision de la mort, personnifiée dans Le septième sceau (Det sjunde inseglet)


« L’inconnu voulait me parler, reprend la Norvégienne. Il m’a raconté toute une histoire. Comme quoi il vient ici depuis des années en provenance d’Allemagne, son pays, qu’il connaît tous les films de Bergman par cœur, que peu après sa mort, il avait à nouveau fait le déplacement pour se recueillir sur sa tombe, puis qu’il avait rencontré un de ses enfants, Linn Ullmann, ici-même dans cette maison. Un type très étrange… » Ne portait-il pas une parka fluo, par hasard ? « Oui, avec des petites lunettes et un sac à dos ». 

On comprend mieux pourquoi le maître appréciait que les habitants de l’île le protègent des curieux. Aux personnes qui demandaient où se trouvait sa maison, ils répondaient par le silence, lorsqu’ils ne les envoyaient pas dans la direction opposée… L’intéressé l’avait souligné dans un entretien accordé à un chanteur folk natif de Gotland, Tobias Fröberg : « Je ne suis pas antisocial vis-à-vis des îliens. Nous éprouvons un respect mutuel. J’aime beaucoup leur mentalité, leur détermination à rester accrochés à Fårö, malgré les difficultés. S’ils s’en sortent sans assistance, c’est parce qu’ils ont les gênes adéquates. »  


A l’entendre, Bergman n’était pas loin de partager ce patrimoine génétique. Lorsqu’il mit la première fois le pied sur cette petite île, en avril 1960, à l’âge de 41 ans, il ressentit comme une révélation. « Voici ton paysage, il correspond à l’image que tout au fond de toi tu te fais des formes, des proportions, des couleurs, des horizons, des bruits, des silences, de la lumière et des reflets », écrivit-il plus tard dans son récit autobiographique, Laterna Magica

Pourtant, déjà auréolé de premiers succès à l’étranger dont un Ours d’or à Berlin pour Les fraises sauvages (Smultronstället), Bergman n’avait aucun a priori positif en montant sur le bac qui reliait – et relie encore – Gotland à Fårö. Il rêvait de tournage sur les îles Orcades, au nord de l’Écosse, pour son long-métrage à venir, A travers le miroir (Såsom i en spegel). Les studios de cinéma suédois SF estimaient l’idée trop coûteuse et le prièrent de trouver un décor plus proche de Stockholm. Le réalisateur se résolut à faire un tour à Fårö pour la forme, sans abandonner ses envies d’Écosse.



La nature âpre et sauvage de l’île suédoise l’envoûta de suite. Il lui suffit d’une première virée vers la pointe Sud en compagnie de son chef-opérateur Sven Nykvist pour penser : c’est là que je veux habiter. « Je n’avais jamais ressenti cela auparavant. C’était magique ». Quatre ans plus tard, à l’occasion du tournage de Persona sur la même île, il décida de s’y installer une partie du temps. C’est ainsi qu’il fit construire Hammars, malgré les objections d’un architecte pointilleux travaillant à l’administration locale.

* * *

LE CIMETIÈRE s’étend au pied de l’église en chaux blanche. Son clocher ne se voit pas de tous les coins de l’île, qui est plus étendue qu’elle n’y paraît (un cinquième du lac Léman environ). Il faut pousser une grille en fer forgé qui couine, contourner sur sa gauche l’édifice du XIVème siècle et remonter une allée en gravier jusqu’au fond à gauche. Le coin est herbu, à l’exception d’un passage en dur menant à une simple pierre tombale bombée. Deux noms gravés l’un au-dessus de l’autre :



Un couple de touristes approche. « Ingrid Bergman était mariée avec lui ? », demande la femme en suédois. « Tu veux dire l’actrice ? On dirait... Moi non plus, je ne savais pas », répond l’homme, le sourcil haut. En ce jour de semaine estivale, les visiteurs plus ou moins bien informés sur la vie du cinéaste – non, ce n’est pas l’actrice de Casablanca qui repose là, mais sa 5ème et dernière épouse, née Ingrid Karlebo – défilent au rythme de l’arrivée des bacs, le Nina et le Bodilla, qui font la navette avec Gotland. Le cimetière, à quelques kilomètres du quai, est la première étape obligatoire pour les vacanciers à la foulée paresseuse. Une attraction comme une autre pour bon nombre d’entre eux. 

Sur un panneau en bois fiché en bordure du parking, une feuille en papier plastifiée présente les films à l’affiche dans le petit cinéma local, le Roy. La programmation est erratique et chaque film n’est projeté qu’une fois. Cet été-là, deux œuvres suédoises et quatre hollywoodiennes divertiront les amateurs de comédies et de polars. A côté, un prospectus bleu pâle prévient du départ de deux « Safari Bergman », à douze jours d’intervalle… 

Le bus part de l’ancienne école de Fårö. A son bord, une guide bénévole raconte les liens particuliers qui unissaient le plus réputé des habitants de l’île aux quelque 450 autres personnes qui y résident à l’année. Sur une route parfois cahotante, les passagers sont conduits jusqu’aux lieux de tournage des quatre films réalisés ici par le Suédois. Grâce à un écran de télévision installé au-dessus du pare-brise, on compare les décors naturels tels qu’il les avait filmés avec les originaux, qui défilent de part et d’autre du bus. Le passé, le présent. Halte obligée sur la plage de La Honte (Skammen), d’où Jan et Eva fuient la guerre et les cadavres qui les entourent. Sentinelles de calcaire aux formes suggestives, les raukar continuent à camper d’inquiétants personnages. 


Plus tard, Jannike Åhlund, la directrice de la fondation qui organise le « safari », admet que ce terme n’est pas vraiment bergmanien. « Nous avons un peu forcé le trait, c’est vrai, mais c’est pour attirer des gens qui, sinon, n’auraient pas songé entreprendre ce petit périple sur les traces de Bergman », plaide-t-elle sur la terrasse herbeuse d’un des rares cafés-restaurants de l’île. Loin d’elle l’idée de commercialiser l’image de la célébrité locale. Mais maintenir vivant cet héritage, « cela coûte de l’argent… » Et il en manque pour atteindre cet objectif.

Car l’État suédois, lui, ne s’est guère montré coopératif. Après la mort du metteur en scène, le 30 juillet 2007, le gouvernement dirigé par le conservateur Fredrik Reinfeldt fit savoir qu’il ne comptait pas débourser la moindre couronne pour aider la fondation Centre Bergman Fårö dans son projet. Selon lui, il avait déjà assez fait en cofinançant l’entretien et la numérisation des archives du cinéaste. Des caisses par dizaines, où le réalisateur de Persona avait entassé méticuleusement tous ses écrits, dessins, factures… Une mine de renseignements désormais conservée, et ouverte aux chercheurs, dans les sous-sols de l’Institut suédois du film, à Stockholm.

En ce début d’été 2011, les finances de la fondation sont au plus bas. Les fonds européens escomptés ne sont pas arrivés, pour cause d’absence de cofinancement local. Or cet argent devait servir à transformer l’ancienne école de Fårö – un don de la commune – en un Centre Bergman, avec expositions, cinéma, bibliothèque, café… Si un cabinet d’architectes de Stockholm (Tham & Videgård) a remporté l’appel d’offre, les travaux, qui devaient commencer cette année, sont reportés à des jours meilleurs. 

La situation devient inquiétante, regrette Jannike Åhlund, l’ex-directrice du festival du film de Göteborg. En l’absence de nouvelles subventions, l'édition 2011 de la Semaine Bergman pourrait fort bien être la dernière. Organisé par la fondation depuis 2004, ce rendez-vous attire des personnalités du cinéma et du théâtre, le temps de rencontres, de projections et de concerts. La Semaine Bergman a déjà vu défiler Ariane Mnouchkine, Wim Wenders, Kenneth Branagh, Andrej Zvjagintsev, István Szabó, etc. En 2006, un an avant sa mort, « Bergman avait participé à une bonne partie du programme, en vieil homme sentimental qu’il était devenu », se souvient sa directrice.

* * *

L’ÉDIFICE en cours de construction pour perpétuer l’héritage artistique d’un des plus grands cinéastes et hommes de théâtre européens demeure donc fragile. Il a toutefois gagné en solidité depuis qu’a été réglé le sort de Hammars, et des quatre autres propriétés de Bergman sur l’île. L’affaire était pourtant mal partie. Très vite après sa disparition, à l’âge de 89 ans, le gouvernement avait annoncé qu’il ne rachèterait pas les propriétés. Il fallut chercher ailleurs. Dans son testament, rédigé en 1995, le défunt avait prévu, pour éviter toute querelle familiale, que ses maisons et leurs contenus seraient vendus et l’argent récolté réparti entre ses huit enfants. Y aurait-il une bonne âme pour tout racheter d’un bloc et financer des activités artistiques à Hammars, comme Bergman l’avait souhaité de son vivant, dans une lettre écrite dès 1973 ?

Une petite annonce fut publiée dans le magazine américain Variety afin de débusquer un riche acheteur à Hollywood. Mais l’île suédoise est éloignée, peu facile d’accès et… rude d’aspect. Les hivers y sont longs. Il fallait s’appeler Bergman pour s’y sentir dans son élément. Un ancien premier ministre suédois, le social-démocrate Ingvar Carlsson, joua les intermédiaires. « Après le refus d’une riche famille suédoise domiciliée à l’étranger, j’étais devenu très pessimiste », raconte ce septuagénaire, croisé sur Fårö. 


La surprise fut totale lorsqu’à l’été 2009, on apprit qu’un Norvégien ayant fait fortune dans les nouvelles technologies, Hans Gude Gudesen, avait discrètement acquis toutes ses propriétés, vendues aux enchères par l’intermédiaire de Christie’s, à Londres. Montant estimé : 40 millions de couronnes suédoises (3,9 millions d'euros). Ce grand admirateur de Bergman avait aussi racheté presque tous ses meubles et effets personnels. 

Pour Kerstin Kalström, la solution qui a prévalu « a tout d’une saga ». Comme la plupart des autres personnes habitant sur Fårö à l’année, « j’avais peur qu’une célébrité étrangère ne rafle la mise pour venir quelques mois l’été, sans montrer aucun intérêt pour l’île ni pour l’œuvre de Bergman »,  raconte cette retraitée en servant du café dans sa ferme entourée de champs pour moutons. 

Kerstin Kalström a fait connaissance avec Bergman en 1979, lorsqu’il tournait son second documentaire sur les habitants de Fårö, qui appréciaient leur hôte célèbre, à défaut de toujours le comprendre. Son mari, Birger, avait appris à Max von Sydow à pêcher pour le tournage d’Une passion (1969). Plus tard, il aida à la rénovation de l’étable que Bergman transforma en cinéma privé, dans le hameau de Dämba. Il le croisait parfois, au volant de sa voiture, lorsqu’il allait visionner ses deux films quotidiens, en milieu d’après-midi et le soir.

"Vois le film - si tu oses!"
Le réalisateur affectionnait en particulier les vieux films noir et blanc, qu’il puisait dans une vaste collection qu’il s’était fait livrer de Stockholm. Son préféré, le premier chef-d’œuvre du film muet suédois, Ingeborg Holm, de Victor Sjöström (1913). C’est là, dans cette petite salle de projection dotée de 15 fauteuils, qu’il invita des habitants de l’île et d’autres personnes ayant travaillé au tournage de Scènes de la vie conjugale à sa « première mondiale ». A l’étage, on trouve encore une table de montage, sur laquelle œuvra Andreï Tarkovski pour donner naissance au Sacrifice, qu’il avait tourné sur Fårö. 

Le fait que ce patrimoine suédois soit racheté par un Norvégien a fait tiquer certains sur l’île. « C’est sûr que nous avons dû ravaler un peu de notre orgueil, dit Kerstin Kalström, mais c’était sans doute le prix à payer… » L’ensemble de maisons acquises par le Norvégien fut transmis à la fondation Propriétés Bergman, chargée de maintenir une vie artistique en ces lieux. C’est cette structure qui s’occupe de sélectionner les artistes qui se succèdent à Hammars. 

Née en 1966, l’écrivaine Linn Ullmann, la fille que le cinéaste eut avec l’une de ses actrices fétiches – la Norvégienne Liv Ullmann, séduite lors du tournage de Persona –, déploya beaucoup d’énergie pour mettre le projet sur les rails. D’Oslo, où elle se consacre à nouveau à l’écriture, elle répond à nos questions par courrier électronique. « Les maisons de Fårö ont toujours été associées au travail et à la création artistique, je voulais que cela continue ainsi. » C'est chose faite.



[MISE A JOUR: Depuis la parution de cet article (alors traduit en letton par Gita Grīnberga) dans Rigas Laiks, l'héritage d'Ingmar Bergman sur son île est mieux assuré. Le Centre Bergman a vu jour dans l'ancienne école de Fårö. Il est équipé notamment d'une salle de cinéma. La fondation qui gère le Centre, désormais présidée par Jannike Åhlund, est financée de manière plus stable. La Semaine Bergman a survécu, sa prochaine édition aura lieu du 25 au 1er juillet 2018. Hammars, la maison où habitait le cinéaste et metteur en scène, est toujours accessible à celles et ceux qui en font la demande.
[Enfin, pour les passionnés de Bergman, du cinéma et du théâtre suédois, je propose l'entretien que j'avais réalisé avec le comédien Erland Josephson, vieux complice d'Ingmar, pour un article paru dans Le Monde. Entretien que j'ai posté sur ce blog dans sa version intégrale.
[Toutes les photos: © Antoine Jacob]