lundi 13 décembre 2010

Le Nobel de la paix, choc de civilisations

Ainsi le prix Nobel de la paix a-t-il été décerné à une chaise vide (photo AFP), pour la 1ère fois depuis 1935. Cela s'est passé vendredi à Oslo. Le dissident chinois Liu Xiaobo est emprisonné dans son pays. Pas même une épouse ni un frère pour venir recevoir le prix en son nom. La cérémonie s'est déroulée sous son regard: une grande photo du prisonnier trônait sur l'estrade. Au lieu du traditionnel discours du récipiendaire, Liv Ullmann a lu un texte pétri d'idéalisme, écrit par le lauréat.

video

Alors que les tapis rouges ont été remisés jusqu'à la prochaine cérémonie, le 10 décembre prochain, et que l'hôtel de ville a retrouvé sa quiétude habituelle, quelques réflexions sur l'édition 2010 du Nobel de la paix, avant qu'il ne disparaisse dans le tout venant de l'actualité (l'attentat de Stockholm de samedi m'occupe pas mal).

Commençons par le lauréat, Liu Xiaobo. Sa vie quotidienne n'aura pas été bouleversée par l'attribution du prix, annoncée le 8 octobre dernier. Il lui reste, en principe, un peu plus de 10 années à passer derrière les barreaux, loin de Pékin, de sa femme, de ses amis. Fin décembre 2009, la justice chinoise l'a condamné à 11 ans de prison pour avoir cosigné un appel à plus de démocratie en Chine (la Charte 08). Aucune amélioration à attendre de ce côté-ci, du moins tant que le régime chinois restera sur la même ligne.
La stature de Liu Xiaobo (interviewé ici en 2004 par un journaliste du Temps) sort néanmoins renforcée par le prix Nobel. Grâce à lui, il est devenu à l'étranger le symbole de l'oppression chinoise à l'encontre de ceux qui militent en faveur d'une plus grande liberté d'expression. Ce pays a beau devenir incontournable sur la scène économique et diplomatique mondiale, il n'est pas à la hauteur de ce nouveau statut dans le domaine des droits de l'homme.

La Chine donc. Le Nobel a contribué à mettre un peu plus la pression sur ce pays, tout du moins dans l'opinion publique. Au niveau des gouvernements, peu sont ceux qui, dans le monde occidental, osent désormais aborder clairement la question des droits de l'homme lors de rencontres avec les hauts représentants officiels chinois. A priori, l'attribution du prix ne changera rien à cette realpolitik. Au contraire, le poids croissant de la Chine devrait peu à peu anesthésier les velléités de critiques vis-à-vis de Pékin. On l'a vu à Oslo, plus d'un tiers des États disposant d'une ambassade dans cette capitale ont décliné l'invitation du Comité Nobel à assister à la cérémonie de vendredi (cf mon article dans La Croix). Y compris des pays qui aspirent à adhérer à l'UE: la Serbie et l'Ukraine (laquelle a décidé, in extremis, d'être représentée).

Malgré la montée en puissance de la Chine, malgré les courbettes des politiques et des hommes d'affaires occidentaux qui lorgnent sur ce marché gigantesque, Pékin a réagi de manière très vigoureuse dans cette affaire. Un homme seul et emprisonné représenterait-il donc une réelle menace pour ce pays d'1,3 milliard d'habitants dirigé d'une main de fer? En tous cas, le symbole Liu Xiaobo n'est pas sous-estimé par les gouvernants, à en juger par leurs efforts en vue de réduire la portée du prix et la légitimité des Norvégiens l'ayant attribué, qualifiés de "clowns" par une porte-parole officielle (photo). Cette crispation, selon certains experts (dont la sinologue Marie Holzman), traduirait l'existence de dissensions internes sur la direction politique à donner au régime. Le point de vue officiel chinois, pas inintéressant, est expliqué ici en anglais (une tribune de l'ambassadeur à Oslo publiée par le quotidien norvégien Aftenposten).

Et l'institution du Nobel, comment s'en sort-elle dans cette affaire? Une nouvelle fois, le Comité Nobel norvégien est persuadé d'avoir marqué l'histoire de cette récompense plus que centenaire. Le prix 2010 est "considéré par beaucoup comme l'un des plus importants dans l’histoire du Nobel de la paix", avec ceux décernés à l'Allemand Carl von Ossietzky (1935), au Soviétique Andreï Sakharov (1975), au Polonais Lech Walesa (1983) et à la Birmane Aung San Suu Kyi (1991), me déclarait le secrétaire du Comité, Geir Lundestad (photo), peu avant la cérémonie (voir cet autre article paru depuis dans La Croix).

Ce qui est sûr, c'est que l'institution norvégienne, composée de cinq personnalités élues par le parlement d'Oslo, s'est attaquée à un gros morceau. En 1989, elle avait déjà considérablement irrité Pékin en récompensant le dalaï-lama. Près de vingt ans plus tard, elle a remis sur le métier l'ouvrage, mais dans un contexte différent: si la République populaire ne s'est guère assouplie depuis l'année de la répression du mouvement de Tienanmen, elle est désormais mieux armée pour faire valoir ses intérêts dans le monde.

Je ne peux m'empêcher de voir aussi dans la récompense à Liu Xiaobo un moyen de se refaire une santé après son choix plus contestable - de mon point de vue de Français - de l'an dernier: Barack Obama. Quoi qu'ait pu en dire après coup Geir Lundestad (notamment dans l'entretien qu'il m'avait accordé pour la revue Politique internationale), l'attribution du prix à un président américain (photo) n'ayant pas eu le temps de faire ses preuves et qui, de surcroît, venait d'envoyer des renforts militaires sur le front afghan n'a pas été des plus heureux. Alors qu'avec le dissident chinois, le Comité Nobel endosse la tenue, plus consensuelle à l'Ouest, du Petit poucet face au gros méchant dragon jaune. Dans les deux cas, il passe pour une institution défendant avant tout les valeurs occidentales dans un monde dont le centre de gravité échappe de plus en plus à cette sphère de pensée.

Il est trop tôt sans doute pour prédire la diminution progressive de la portée du prix Nobel de la paix. Mais au fur et à mesure que l'influence des pays dits "civilisés" et autres "patries" des droits de l'homme ira en s'amenuisant, le poids d'une telle récompense n'est-il pas voué à diminuer? A moins que le monde occidental ne parvienne à convertir les pays émergents/émergés aux valeurs démocratiques, aux droits de l'homme, à la liberté d'expression, à la transparence qu'il prône tant, sans toujours les appliquer à lui-même... C'est un gant que le Comité Nobel prétend, à sa mesure, vouloir relever. Reparlons en dans quelques années. Et voyons ce qu'il adviendra, en parallèle, du tout nouveau prix Confucius de la paix, lancé la semaine dernière par une organisation chinoise avec l'ambition d'en faire un contre-Nobel.

1 commentaire:

  1. Au moins, il faut reconnaître que le Comité Nobel ne passe pas son temps à s'excuser et à faire des courbettes devant des dictatures qui détiennent du pétrole ou du gaz !

    Entre "défenseur des valeurs occidentales" (est-ce devenu un gros mot ?) et "premier pays au monde en nombre d'exécutions de condamnés à mort" (titre contesté par l'Iran), je n'hésite pas !!

    RépondreSupprimer